FANTASIO

ALFRED DE MUSSET

CRÉATION 2018

Premières du 06 au 29 Juillet à 20h40, au Théâtre du train bleu à Avignon.

    Fantasio est un jeune homme fantaisiste, victime d’un mal du siècle qu’il tente par tous les moyens de dépasser, mais qui le suit partout dans les entrailles de la ville de Munich. Il semble avoir tout essayé : voyages, poèmes, passions, métiers. Mais ce n’est pas tout : il est pourchassé par des créanciers à qui il doit une belle somme d’argent et qu’il préfère, par simple jeu, ne pas rembourser. Il ne lui reste plus rien d’autre que le vin et sa fantaisie pour échapper au mal qui ronge son époque. Alors, sur un coup de tête, un soir de beuverie, il décide de se faire bouffon du roi, et tente ainsi une nouvelle aventure. Il passe du quotidien au monde onirique du conte : celui de la cour de Bavière, avec ses rois, ses princes fantoches, sa princesse courageuse et désespérée, une gouvernante amoureuse des romans et des histoires à l’eau de rose. C’est un lieu parfait pour Fantasio qui peut se laisser aller à une vie de plaisir, en contemplant depuis les premières loges le spectacle du monde. Mais est-il vraiment un simple spectateur ? Certainement pas. Car en tant que bouffon, il deviendra vite le chef d’orchestre secret de la comédie de la cour, et changera en toute inconscience le destin d’une princesse qui devait se marier à un prince qu’elle n’aime pas.

    Avec cette pièce, le public part du monde quotidien que nous connaissons tous, et à la faveur de Fantasio, décolle vers le monde du conte. Il y a un passage qui s’opère. Le théâtre se transforme à mesure que la pièce avance. Petit à petit, les lumières s’allument, les guirlandes se dressent, les étoiles se mettent à scintiller et la musique s’élève dans un instant partagé entre la scène et la salle.

LE PROJET

Pourquoi vouloir monter une pièce classique ? Nous pourrions tout simplement répondre que nous voulons défendre la beauté d'un texte qui ne se joue que trop peu. Mais la mise en scène ne peut se contenter d'un tel prétexte. En fait, nous envisageons la production d'oeuvres classiques, exactement selon le même motif que ceux qui écrivent ou réalisent des oeuvres de sciences fictions ou des récits fantastiques. Alors que notre monde se fracture en plusieurs réalités qui nous séparent de notre prochain, jusqu'à rendre toute communication presque impossible, le regard vers le futur, le passé, ou une réalité alternative tend un miroir sur notre nature d'être humain. Il atteste à travers le temps de la similarité de nos problématiques communes, et nous donne dans le même mouvement suffisamment de recul, donc suffisamment de joie et d'humour, pour nous permettre de les transcender.

Il y a ainsi une énorme ressemblance entre nous, Fantasio et presque tous les personnages romantiques. Ils évoluent aussi dans une ville qui s’incarne en tant que machine déshumanisée et coupée de la nature, à tel point que chaque fois qu’ils s’imaginent la quitter, ce projet leur semble hors d’atteinte. Fantasio exprime très vite dans la pièce ce sentiment d’emprisonnement citadin : « hé bien donc ? Où veux-tu que j’aille ? Regarde cette vieille ville enfumée… » A l’époque de Musset, cette ville incarne la société dans son ensemble. C’est par elle que le jeune romantique est immédiatement confronté à ses propres limites de citoyen, à l’absence totale de poésie, de fantaisie et de sens, c’est-à-dire de liberté. A notre époque, la ville nous étouffe un peu plus avec une politisation de la vie de plus en plus omniprésente, un désenchantement certain du monde, et une pollution qui s’accentue. Les rues étroites et les lampadaires cachent les étoiles et c’est un ciel noir qui se répand au-dessus de nos têtes.

A cela, Fantasio répond par un coup de tête, un coup de folie, une fantaisie: il va se faire bouffon du roi. En quittant le monde journalier pour un chemin plus singulier, il va accomplir un acte plus grand que lui-même en rencontrant une princesse et en la sauvant d'un mariage dont elle ne veut pas. Bien que totalement désabusé, Fantasio conserve sa verve, la joie du verbe et le plaisir des images. En ceci, il nous réenchante, et nous donne une solution contre l'ennui et le tragique de notre existence.

 

 

GÉNÉRIQUE

Production Le Banquet

Sponsor Association Pollen, Madame Christine Dufour, Madame Samantha Campredon

Texte Alfred de Musset

Adaptation Arthur Weil, Benjamin Voisin

Mise en scène Arthur Weil

Assistante mise en scène Adèle Journeaux

Bande Originale Julien Lacroix

Chorégraphie Arthur Weil, Adrien Dewitte et Théo Delezenne

Création costumes Estelle Brémont 

Avec : Estelle Brémont, Théo Delezenne, Adrien Dewitte, Paul Flouret, Sasha Hékimian, Luigi Tangredi, Padrig Vion et Clyde Yeguete

Remerciements

L'association Pollen, All in one Productions, Virginie Aprikian, Vincent Basso-Bondini, Tania Berki, Laura Bianco, Mireille et Henri Brémont, Samantha Campredon, Nathalie et Alexandre Delezenne, Laureline Dufour, Christine Habasque, Laurine Kotte, Julien Lambert, Thierry Lemaire, Marc Moitessier, Salvatore Nicastro, Rose Noël, Quentin Paulhiac, Charles Petit, Aurélien Rondeau, Maurizio Tangredi, Théotime Weil

Création le 06 Juillet 2018 au Théâtre du Train Bleu pour le festival OFF d'Avignon - Pour acheter vos places, cliquez ici.

MOT DE PASSE VIDEO: FANTASIO